Vous êtes ici : Accueil > Cours > Technologie > Rencontre avec un peintre en bâtiment
Publié : 8 février

Rencontre avec un peintre en bâtiment

avec les 5eD

Intervention d’un retraité « peintre en bâtiment » en 5èmeD

Après avoir effectué des recherches en classe sur les métiers du BTP et en relation avec le parcours Avenir 1, les élèves de 5ème D ont rencontré un peintre en bâtiment.

Actuellement retraité, M. Fournier a gentiment accepté de venir auprès de nos jeunes pour partager son vécu professionnel.

Son parcours professionnel :
A 14 ans, M. Fournier obtient son certificat d’études (le DNB n’existe pas à l’époque).

A la sortie de l’école, diplôme en poche, son père lui demande de chercher du travail car peu d’élèves poursuivaient alors leurs études. Intéressé par la mécanique, il cherche un maître d’apprentissage dans son village de Tigy. N’ayant rien trouvé, il se dirige vers une entreprise de peinture qui accepte de le prendre comme apprenti.

M. Fournier apprend le métier de peintre avec son patron tout en suivant des cours du soir la 1ère année. A 17 ans, il obtient son CAP et travaille comme ouvrier à Tigy puis dans une autre entreprise d’Orléans pour acquérir d’autres méthodes de travail.

A 24 ans, il décide de revenir dans son village et de s’installer à son compte. Il crée sa propre entreprise et emploie 3 à 4 ouvriers. Il cède son entreprise en 2012 et prend sa retraite.

Le métier de peintre dans les années 60 :
Comme aujourd’hui, les travaux se déroulent chez les particuliers mais aussi dans tous types de bâtiments neufs ou en rénovation. Le peintre étudie la demande du client (décorer, peindre ou repeindre des murs, des plafonds, des volets ou encore des façades…).

Avant de commencer à peindre, il prépare le support en masquant éventuellement les défauts avec un enduit. Il utilise alors les couteaux à enduire. Après un ponçage, il lessive la surface pour que celle-ci soit propre et lisse, prête à peindre. Avec l’accord du client, il détermine la couleur de la peinture avec un nuancier.

Aujourd’hui, les industriels proposent des peintures prêtes à l’emploi, respectueuses de l’environnement, dépolluantes. Hier, c’était différent : il fallait fabriquer soi-même la peinture avec différents produits dans un récipient nommé « camion » (sceau à peinture rectangulaire).

En fonction du support à peindre, le peintre mélangeait une pâte le « blanc de zinc » à laquelle il ajoutait de l’huile de lin et de l’essence de térébenthine ainsi que du « siccatif » (pour sécher la peinture). Il pouvait aussi réaliser du badigeon (une sorte d’enduit décoratif). Les produits utilisés à l’époque (white spirit, diluant…) étaient nocifs pour la santé, il était impossible de dormir dans une pièce fraîchement repeinte tellement l’odeur était insupportable.

De plus, les peintres peignaient sans protection (masque, gants) etc.
Les outils utilisés par un peintre sont différents selon les supports à peindre : brosses plates, brosses à rechampir (pour les angles par exemple), brosses à radiateur, brosses larges ou encore rouleaux à peindre avec la fameuse « patte de lapin » pour les petites surfaces.

De nos jours, ces outils sont toujours utilisés mais les professionnels peuvent aussi être amenés à utiliser des pistolets à peinture airless pour traiter de très grandes surfaces rapidement.

Un grand merci à M. Fournier (grand-père d’Anaïs) pour sa gentillesse et son intervention auprès de nos jeunes élèves de 5ème D.

Mme Pellouard.

1 Parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel.